D’un CDD à la préparation d’un Master en alternance, Cédric FERRERE gravit un à un tous les échelons et compte bien s’inscrire chez E.Leclerc dans la durée. L’illustration parfaite de la politique RH de l’enseigne, qui cherche à accompagner et promouvoir les talents. Interview.

D’un CDD à la préparation d’un Master en alternance, Cédric FERRERE gravit un à un tous les échelons et compte bien s’inscrire chez E.Leclerc dans la durée. L’illustration parfaite de la politique RH de l’enseigne, qui cherche à accompagner et promouvoir les talents. Interview.

Cédric Ferrère : Du CDD au Master chez E.Leclerc Réunion

 

D’un CDD à la préparation d’un Master en alternance, Cédric FERERE gravit un à un tous les échelons et compte bien s’inscrire chez E.Leclerc dans la durée. L’illustration parfaite de la politique RH de l’enseigne, qui cherche à accompagner et promouvoir les talents. Interview.

 

Cédric, racontez-nous votre parcours chez E.Leclerc ?

E.Leclerc Réunion est mon premier employeur. J’ai intégré l’entreprise en octobre 2018 en tant qu’employé en libre-service au rayon frais du E.Leclerc Portail. Puis j’ai entamé un cursus de responsable de développement commercial (Bac +3) en alternance. En novembre 2020, j’ai signé un second contrat en alternance pour préparer un Master (Bac +5) manager d’entreprise ou de centre de profit sur deux ans avec Campus Réunion. Mon ambition est d’évoluer au sein de l’enseigne et de devenir chef de rayon puis chef de département.

 

Comment E.Leclerc Réunion vous accompagne dans l’atteinte de vos objectifs ?

Dès que j’ai intégré l’entreprise, j’ai ressenti qu’il y avait une véritable volonté d’accompagner les salariés et de permettre leur évolution. On ressent cette démarche aussi bien en magasin, avec les managers, qu’au siège avec le service RH. C’est pour moi essentiel et c’est ce qui fait que les équipes sont aussi dynamiques et motivées. A la fin de mon cursus étudiant, il est pour moi évident de poursuivre ma carrière chez E.Leclerc et de continuer à évoluer au sein de l’entreprise.

 

Plus largement, qu’est-ce qui vous plaît dans les métiers de la grande distribution ?

Il n’y a pas de routine. Chaque jour est différent du précédent. Il faut toujours chercher à satisfaire les clients, répondre à leurs demandes et gérer les imprévus. Il y a aussi de belles perspectives d’évolution et la possibilité d’explorer différents univers. Je suis par exemple entré au rayon frais et m’occupe maintenant du rayon bazar. Le métier et les attentes sont différents. Enfin, on a vu pendant la crise que la grande distribution était un secteur essentiel et il est rassurant de se dire qu’on s’engage dans une filière d’avenir et porteuse.